Histoire des cosmétiques

Ceci est une version tout à fait personnelle de l’Histoire des cosmétiques, de la préhistoire à maintenant

La beauté

La beauté est a l’homme ce que les poils sont au chats. Certains la soigne, d’autres s’en fiche et chacun en a sa propre conception, bien qu’au final sa base n’est qu’une histoire de génétique.
Mais en général, depuis toujours nous sommes coquets et nous cherchons toujours diverses façons d’exprimer notre notion de l’esthétisme.

Et ça ne date pas d’hier

En effet, depuis la préhistoire l’être humain use de stratagèmes pour séduire, se mettre en valeur ou simplement se laver et se soigner avec des graisses animales, de la cendre, du charbon ou encore des crottes de sangliers (bon ça je suis pas sure). C’était une façon de montrer son statut au sein de la tribu ou son appartenance à un clan (et aussi d’avoir une chance de procréer).

Et, peu à peu, les techniques se sont affinées.

Dans l’antiquité, les égyptiens se concoctaient toute sorte de baumes et de cosmétiques, souvent à base d’huile et de cire d’abeille pour prendre soin de leur peau et, qui sait, peut-être réduire leur ride (note qu’on a jamais vu un dessin d’un pharaon ridé). Le maquillage, fait avec des pigments naturels, était réservé aux gens « importants » et la perruque était en plein boum (de nouveau les histoires de statuts et d’appartenances).

Du côté des chinois, les dents noircies et le teint de porcelaine des geisha faisait déjà tourner la tête des hommes (dire qu’aujourd’hui on préfère les dents blanches..), tandis qu’en Afrique, certains peuples se décorent depuis des millénaires avec des pigments et des végétaux, chez les papous la même chose (il paraît que c’est une des plus anciennes des civilisations).

Jusqu’au summum du mauvais goût

Oui car en Europe, à la renaissance (et plus tard aussi), le gout de l’esthétisme pris une tournure des plus douteuse, maquillage au plomb (de préférence style clown), teint poudré comme des fesses de bébés et perruque de caniche était le nec plus ultra de la mode (je ne parle pas de l’habillement sinon on va pleurer). Il y avait aussi bien sur les saignées pour avoir l’air malade (enfin blanchâtre) et tout une panoplie de techniques barbares pour s’intégrer dans les normes de cette époque.
Je pense qu’à cette époque le mot d’ordre était le plus est le meilleur ami du mieux (qui a ensuite laissé sa place au plus est l’ennemi du mieux après une petite prise de conscience..)

Et maintenant..

Certes il a y eu  les années 80ans, les aérosols et la chirurgie esthétique, oui il y a des punk, des gothiques ou fans de manga, sans parler du contouring et de l’épilation laser.. Et bien que l’on trouve toujours des personnes maquillées à l’outrance, des lèvres botoxées et des teints de carotte (vive l’autobronzant), les gens d’aujourd’hui ont quand même remarqué que ce n’était pas la meilleure des morning routines et au fil des années ils ont tenté d’assainir les cosmétiques tout en gardant leurs efficacités. Et finalement.. ben on en est revenu au technique de l’antiquité (c’est cyclique tout ça).
Maintenant les cosmétiques naturels ont à nouveau une place de choix dans notre salle de bain, pour le bien de notre corps et de notre planète.

Laisser un commentaire