Le burnout

Ou la grève du cerveau

Oui je sais, je sais.. vous allez me dire “quoiiiii? encore quelqu’un qui écrit sur le burnout??!” Oui c’est vrai.. et si ça vous intéresse pas rien ne vous oblige à le lire ;). Je ressentais juste le besoin d’en parler car cela fait maintenant 2ans que j’en ai fait un, je suis toujours pas guérie et ça provoque parfois l’incompréhension de mon entourage 🙁
Alors je me suis dit que la meilleure façon de faire comprendre au gens ce que c’est, et de passer au dessus, c’est encore d’en parler! Sans honte et sans tabous 😉

Comme j’aime bien le faire il y a une vidéo en bas de l’article pour ceux qui préfèrent 😉

Qu’est ce qui crée un burnout?

Qu’est ce qui crée un burnout?.. Ce serait dur d’expliquer pour les autres alors le mieux c’est que je parle de ma propre expérience.
Beaucoup pense que c’est simplement trop de stress au travail, pour ma part c’était tout un ensemble et enchainement de choses qui m’ont faite griller :/

La situation personnelle

Dans ma vie personnelle, j’étais en pleine rupture d’une longue et lourde histoire qui me prenait beaucoup d’énergie. En même temps j’essayais de renouer avec un ex (ce qui est plutôt con quand tu es en rupture) et j’habitais chez ma meilleure amie, dans la chambre de sa fille de 5ans avec mes affaires en vrac dans 2 gros sacs.. C’était vraiment un gros désordre dans ma tête..

La situation professionnelle

À l’époque je travaillais à 110% dans une boulangerie-tearoom, j’étais une des meilleures de l’équipe et j’étais souvent sollicitée par ma patronne et mes collègues. Ma patronne (qui aimait me faire du chantage avec mes heures de travail) a fait preuve d’une compassion sans pareil face à ma rupture (sarcasme) et à chaque fois que j’allais pas bien, elle me prenait de côté et me faisait toute une morale bien cassante sur l’humeur que je devais adopter au travail (à noter que j’ai toujours servi mes cafés avec le sourire, même quand j’étais au bord des larmes.. mais ça.. on voit que ce qu’on veut..)
Elle me disait également que j’étais incapable de travailler sans elle, alors que je réparais tous les jours ses erreurs et faisais mon maximum pour que la boulangerie tourne malgré son incompétence.. en gros.. elle m’a fait du mobbing.. et moi j’ai couru dedans..

Le grillage de cerveau

Je peux vraiment dire qu’il y a eu un moment clé.. c’était un dimanche bondé à la boulangerie, comme tous les dimanches il y avait plein d’imprévu (plus de sac, plus de serviettes,…) et j’étais à 200%. Puis une collègue arrive avec une question sur une commande qui avait été mal écrite dans le livre, sans signature bien sur, impossible de savoir qui l’avait écrite et alors que j’essayais de reconnaitre à qui cette écriture pouvait appartenir, j’ai eu comme un flash blanc accompagné d’un gros tuuuuuuuut. Puis tout autour de moi c’était comme au ralentis et flou, je voyais que cette commande mal faite.. Le brouhahas semblait lointain et toujours accompagné de ce tuuuuut, ma tête c’est mise à tourner et là j’ai dit stop.

Je me suis assise au bureau et j’ai eu des longues minutes de vide complet. Pas d’émotion, pas de pensée, juste du rien.. mon cerveau avait littéralement grillé.

La suite des évènements

Les jours qui ont suivit, j’avais la nausée et des vertiges quand j’étais au travail. Naïvement j’ai pensé que j’étais enceinte et je suis allée voir mon médecin de famille. Celui-ci m’a certifié en rigolant que même si j’étais enceinte c’était bien trop tôt pour avoir des nausées, mais m’a quand même donné un certificat médical pour 1 semaine.
À la fin de cette semaine il y a eu une séance à mon travail car, vu que j’étais malade et que personne n’a pu me remplacer, la boulangerie a du fermer 2heures avant la fin du service (chose qui n’était jamais arrivé en 12ans). C’était comme un interrogatoire de police, avec une dame qui notait tout sur son ordinateur, tous le monde avait les heures de messages, un discours parfaitement préparer.. tout le monde sauf moi, que personne avait mis au courant.
J’ai vu ces même collègues qui crachaient derrière le dos de ma patronne se ranger de son côté, celle qui m’avait dit de fermer dire qu’elle était au courant de rien.. c’était douloureux.. heureusement il y avait une collègue honnête qui m’a soutenue.. mais ça a pas servit vu que la séance c’est conclut ainsi : “donc au final, Zénaïde, si la boulangerie a fermé c’est votre faute car vous étiez malade.” Gros coup de massue..
En rentrant je marchais sur un muret au bord du lac et je me suis dit.. 1 pas de plus et je tombe dans l’eau.. Puis je me suis dit que c’était pas bien de penser comme ça et le lendemain je suis allée voir mon médecin pour lui dire que j’avais un soucis car je ne souriais plus.. il s’est tout de suite arrêté de sourire lui aussi..

Résultats

Au final mon médecin m’a conseillée (wow première fois que j’arrive a conjuguer ce verbe sans l’aide de google 😀 ) plusieurs psychologues et j’ai fait 6 mois de psychanalyse car avec tout ça je suis tombée en dépression.
Je n’ai pas réussi à lire un livre entier depuis mon grillage, j’ai au moins une fois par semaine une journée de vide du cerveau ou je suis incapable de faire beaucoup (mais je suis fière car maintenant j’arrive déjà à faire le ménage et à manger quand j’ai un jour comme ça).
Je ne passe plus par le quartier de mon ancien travail, sinon j’ai des nausées et la tête qui tourne. D’ailleurs simplement d’en parler ça me fait le même effet.
Je m’aide toujours de liste, mais maintenant je n’ai plus besoin d’écrire douche ou brossage de dents dessus. J’ai conscience que je ne suis pas encore guérie mais j’apprends à connaitre mon burnout et à le prendre comme un allié. Si je fais trop ou que j’ai trop d’émotion, je serais simplement incapable de faire quoique ce soit.. Je pense que mon cerveau essaie de me protéger un peu et c’est pas plus mal, dans ce monde en course contre lui-même..

Mes conseils

Si vous aussi vous faites un burnout, sachez que vous devez pas vous sentir coupable ou vous dénigrer. Cela peut arriver à n’importe qui et c’est un mal réel, pas une invention de votre cerveau. Prenez d’abord la vie au jour le jour, n’essayez pas de bruler les étapes de la guérison. Privilégiez les choses/activités qui vous vont du bien et n’hésitez pas à changer ce qui ne va pas dans votre quotidien.

Le burnout c’est la chance de commencer une nouvelle vie, comme je l’ai fait. Cela prend du temps, mais le respect de soit n’a pas de prix.

Courage et prenez soin de vous ♥

 

Laisser un commentaire